Le plan de la FEVE

plan de gestion départementale des déchets de Vendée
–> Ici la version PDF imprimable de cette article.
Historique de cette réflexion
Ce plan a été proposé par la Fédération Eco-citoyenne de Vendée au Conseil Général de la Vendée ( février 2004), lors de sa réflexion sur le plan départemental de gestion des déchets. Vous consultez ici, une version synthétique des grands axes proposés. Un dossier plus complet, chiffré et illustré par des documents annexes de projets pilotes ou de conclusions scientifiques existe.

1 – Exclusion de tout recours à l’incinération, ce qui signifie :
– pas de fumées toxiques, donc pas démission de dioxines,
– pas de mâchefers, ni de cendres hautement toxiques à enfouir.

2 – Tri optimum des matières et refus des mélanges (qui compromet le recyclage de chaque catégorie de déchets), ce qui signifie :
Trois poubelles à la maison pour :
1 – Les matières fermentescibles qui seront orientées soit vers des plates-formes de compostage collectif, soit une unité de méthanisation et en zone urbaine la mise en place d’un service de ramassage au porte à porte (système de porte à porte mis en place par exemple à Toronto au Canada, ville de 3 millions d’habitants).
2 – Les matières recyclables, qui seront triées et recyclées.
3 – Les déchets ultimes, c’est à dire ceux qu’on ne peut recycler et qui seront orientés vers des CSDU (petits centres cantonaux couverts et bardés).

3 – Réduction à la source par la mise en place d’une politique locale incitative, c’est à dire :
– actions pédagogiques et médiatiques, sur le thème “Trier ses déchets c’est bien. Trier ses achats, c’est mieux!”,
– conventions avec les grandes surfaces pour l’élimination des sacs de caisse,
– création d’un programme de limitation des COUNA (courrier non adressé, c’est à dire prospectus publicitaires non adressés et journaux gratuits),
– convention avec les entreprises vendéennes pour la limitation du suremballage.

4 – Application du principe pollueur/payeur, c’est à dire mise en place de la pesée des déchets à l’embarquement :
– suppression de la taxe uniforme d’ordures ménagères,
– indexation de la facture sur le poids ramassé,
– création d’une brigade verte chargée de l’information et dotée de pouvoir de sanction.

5 – Réorientation de la politique des C.E.T en CSDU, c’est à dire abandon de la politique des centres d’enfouissement techniques géants :
– enfouissement des seuls déchets ultimes, sans mâchefers, ni cendres d’incinération,
– refus de toute matière fermentescible (limitation des lixiviats et biogaz),
– réduction des nuisances par création de petits centres cantonaux, couverts et bardés.

La FEVE joue la carte de la transparence
et vous donne le coût détaillé de son plan :

– Distribution de 100 000 composteurs à 50€/pièce : 5 000 000 €
avec un amortissement sur 10 ans (durée du plan) : soit 500 000 €
– Plates-formes de compostage : 310 unités x 15 000 € = 4 650 000 €/10 ans = 465 000 €
– Emploi de 75 personnes avec un salaire annuel de 20 000 € = 1 500 000 €
– Enfouissement des déchets ultimes (estimation BURGEAP)
160 € la tonne x 0,135 tonne par habitant x 600 000 habitants = 12 960 000 €
– Centres de tri : 3 827 396 €
TOTAL = 19 252 396 €
Rapport : 19 252 396 € : 409 000 t/traités = 47,07 € la tonne traitée

–> Ici la version PDF imprimable de cette article.