communiqué de presse du 8 avril 2005

 

La FEVE condamne le vote du Choletais en faveur d'un incinérateur d'ordures ménagèresaux portes de la Vendée

 

Mercredi dernier, les délégués Choletais du Syndicat mixte d'études pour la valorisation et l'élimination des déchets (SMEVED) ont voté pour la construction d'un projet d'incinérateur d'ordures ménagères aux portes de la Vendée, qui prendra vraisemblablement la forme d'un nouvel incinérateur à LA SEGUINIERE ou à CLISSON.

 

La FEVE dénonce catégoriquement ce choix dangereux pour la santé humaine et l'environnement concernant autant le Sud-Loire que le Nord-Vendée, qui subiront, sur un large périmètre, les retombées des fumées polluantes. Une fois de plus, la Vendée est considérée comme un dépotoir par des élus d'un département voisin. Dépotoir à dioxines répandues dans l'air et qui viendront atterrir sur les cultures du bocage. Dépotoir de mâchefers gorgés de dioxines et de métaux lourds qui seront vraisemblablement transportés sur les routes vendéennes pour être enfouis dans le CET de classe 1 de Saint-Cyr-des-Gâts.

 

A l'heure où 95 % des vendéens se sont prononcés contre l'incinérateur d'ordures de GROSBREUIL et où le Conseil Général de la Vendée s'est engagé dans une voie de bon sens et de courage en renonçant à ce projet polluant, le comportement des élus du Choletais est inacceptable et fait montre d'un mépris total vis-à-vis de la Vendée.

 

La FEVE appelle tous les élus et responsables du Nord Vendée, à commencer par Philippe de Villiers, à se mobiliser et à se prononcer clairement contre le projet d'incinérateur du SMEVED, manifestement dangereux pour la Vendée, ses habitants et son agriculture. Comme elle l'a fait s'agissant de l'incinérateur de NIORT, la Vendée doit réagir avant d'être placée devant le fait accompli.

La FEVE sera bien évidemment présente au côté des populations et associations de protection de l'environnement concernées pour que ce projet d'incinérateur néfaste ne voit jamais le jour.