Satisfaction en demi-teinte de la FEVE

 

Février 2005

 

En février dernier la commission consultative a écarté la solution de l'incinérateur, mais pas les trieuses mécaniques

« Sous la pression de la FEVE, on a fait un grand pas contre l'incinérateur qui a pris un sacré coup au passage, mais nous attendons l'avis précis, clair de la commission consultative qui sera transmis au conseil général. Puis le vote de ce dernier », rappelle Christophe Hermouet, secrétaire de la FEVE.

La principale satisfaction du jour est de voir la solution de l'incinérateur écartée, cependant le scénario n°4 n'offre pas toutes les garanties écologiques et économiques attendues. Si le projet de plan préconise très fortement le tri et le compostage à la source, il ne met pas complètement hors-jeu le recours à un mélange de matières organiques et de plastiques par le biais des six machines à trier et à un coût, bien plus élevé (selon les calculs de la FEVE) que ce que les estimations laissent paraître. Ce « pseudo-compost » de mauvaise qualité obtenu par les machines à trier pourrait servir de carburant à un incinérateur.

Dans ce plan, on retrouve encore les termes indiquant qu'une fraction combustible restera à répartir entre les centres d'enfouissement ou les unités de valorisation énergétique. Pour la Fédération éco-citoyenne de Vendée retrouver une part même minime de nos déchets dans un incinérateur, construit lui en dehors du département, comme par exemple le projet de Coulon (Deux-Sèvres à 800 m de la Vendée) est inconcevable.