communiqué du 17 mars 2005

PROJET D'INCINERATEUR DE COULON

 

La FEVE réagit à la mise en cause du département de la Vendée par le Président de la Communauté d'Agglomération de NIORT
et demande des explications à Philippe de VILLIERS et à TRIVALIS.

 

La FEVE désapprouve totalement les dernières prises de position de Monsieur Alain MATHIEU, Président de la Communauté d'agglomération de Niort (CAN). Le mépris ouvertement affiché par l'exécutif niortais vis à vis des vendéens et du département de la Vendée est à son comble. Non content de n'avoir jamais consulté les instances vendéennes sur l'implantation d'un incinérateur polluant à 800 mètres de la frontière du département, Monsieur MATHIEU persiste à justifier son projet situé à proximité immédiate du parc interrégional du Marais Poitevin par le fait «  qu'aucune disposition réglementaire et législative » ne l'interdirait. Cela augure de la triste mentalité de Monsieur MATHIEU qui considère finalement qu'en la mesure ou cela n'est pas interdit, rien n'empêche d'aller polluer les voisins sans même leur demander le moindre avis.

 

Le Président de la Communauté d'agglomération de NIORT gagnerait à écouter les multiples voix qui s'élèvent de partout pour condamner ses fantasmes d'incinérateur. Unanimement rejeté par les niortais et vendéens concernés, le projet d'incinérateur d'ordures de COULON, s'il advenait à se concrétiser, serait aussi anti-démocratique que néfaste pour la santé humaine et l'environnement. A persister contre tous, Monsieur MATHIEU illustre chaque jour davantage l'inanité de sa démarche.

S'agissant enfin des allégations selon lesquelles la Vendée ferait actuellement «  incinérer ses déchets dans un département voisin » dans l'attente de la mise en oeuvre de son nouveau plan départemental d'élimination des déchets, la FEVE demande au Conseil Général de la Vendée et au syndicat TRIVALIS de clarifier très rapidement la situation en indiquant publiquement si les accusations de Monsieur MATHIEU sont avérées ou mensongères. Il y a là une question de principe que la FEVE n'entend pas laisser en suspend.